Géographie du Tibet

Le Tibet est une région culturelle et historique d’Asie, située en République populaire de Chine. Constitué des anciennes provinces tibétaines du Kham, de l’Ü-Tsang et de l’Amdo, il comprend aujourd’hui essentiellement les subdivisions administratives autonomes tibétaines de la République populaire de Chine dont la région autonome du Tibet.

Le Tibet est principalement constitué d’un haut plateau, le plateau tibétain, entouré de trois côtés par les plus hauts massifs du monde, l’Himalaya au sud, le Karakoram à l’ouest et le massif du Kunlun au nord. Souvent appelé « le Toit du Monde », le Tibet a une altitude moyenne de 4 200 mètres et son plus haut sommet, l’Everest, culmine à 8 848 mètres. Le Tibet est aussi qualifié de « château d’eau de l’Asie » car les plus grands fleuves du continent asiatique le traversent dans leur cours supérieur, à l’image du Yang-Tsé et du Mékong.

Le Tibet, situé au sud-ouest de la Chine, est l’une des vastes régions montagneuses du monde. Sa superficie est de 2,5 millions de Kilomètre carré.Elle compte sur son territoire les plus hauts sommets du globe, dont beaucoup culminent au-dessus de 7000 m d’altitude.

Le Tibet rassemble des paysages parmi les plus saisissants de la planète en raison de la teinte ocre jaune de sa terre et de ses roches, de ses cratères et de ses montagnes.

Le plateau tibétain

Le plateau tibétain a pour origine la collision des plaques indienne et eurasienne qui ont pris en étau les plaques de Qiantang et de Lhassa au cours du Cénozoïque. Constituant une des plus grandes structures topographique de la Terre, avec d’importants effets climatiques régionaux (aridité du plateau lui-même, mousson) et mondiaux (circulation atmosphérique mondiale). Cette évolution géologique a enfermé l’océan Téthys qui séparait les plaques.
Le plateau tibétain est divisé en trois grandes régions naturelles : le Haut Tibet ou Changthang (plateau du Nord), le Tibet oriental et le Tibet méridional autour de Lhassa. Le Changthang, plateau entrecoupé de montagnes et de lacs salés, occupe la majeure partie du Tibet.

Montagnes

L’Everest, en tibétain Chomolungma, en népalais Sagarmatha, dont l’altitude est établie à 8 848 mètres, est identifié comme le plus haut sommet du monde. Cette caractéristique lui vaut d’être baptisé de son nom actuel par les Occidentaux en 1865 et, dès les années 1920, de lui attirer l’intérêt des alpinistes qui se lancent à l’assaut de ses pentes.
Sur le plateau tibétain se trouvent quelques chaînes montagneuses : le Gangdise Chan dominé par le mont Kailash (6 714 mètres), les monts Nyainqêntanglha (mont Nyainqêntanglha, 7 162 mètres) et les monts Tanggula (Geladaindong, 6 621 mètres)
À l’est du plateau se trouvent les monts Hengduan avec le Kawagebo (6 740 m).
Le nord du plateau est bordé par la cordillère du Kunlun.
Les cols de montagnes sont le Cherko la, et le Col Nord (7 020 mètres).
Les montagnes moins élevées sont le mont Gephel.